Le conseil municipal dit NON au Scot.

25 octobre 2021 0 Par Le Preuilloux

Articles de la Nouvelle République et mes commentaires nécessaires pour mieux comprendre l’action et les hésitations de l’actuel Conseil municipal

Article de la nouvelle république : compte rendu du conseil

débat préalable au vote du Scot

Un seul sujet, le Scot (Schéma de cohérence territoriale), était à l’ordre du jour jeudi 14 octobre au conseil municipal, mais il a suffi pour faire débat entre les conseillers.
Yolande Deberne a fait remarquer que les nouveaux arrivants étaient souvent des retraités. Elle affirme que la commune doit se prendre en charge pour attirer de jeunes ménages sans attendre l’aide de la communauté de communes. Elle s’étonne que Preuilly ne soit pas classée comme pôle intermédiaire comme Yzeures-sur-Creuse dans le projet de Scot.
Mathieu Barthélemy note que les sites attractifs cités sont Loches et quelques autres communes, mais non Preuilly sur Claise.
Pour Marie-Josée Stamfelj : « Nous défendons notre commune, mais ne sommes pas suivis au niveau de la communauté de communes ».
Pour Valérie Chevry : « Nous ne sommes pas reconnus  »Patrimoine remarquable » malgré le grand nombre de monuments historiques sur la commune ». Elle estime que la présence d’un collège est un atout non reconnu.
Jean-Paul Charrier, le maire, fait remarquer que Preuilly sur Claise a été retenue pour obtenir le label Petite ville de demain.
Henri Robert signale qu’en 2017, Preuilly sur Claise et Yzeures étaient mises sur le même niveau ce qui n’est plus le cas maintenant. Il affirme que l’obtention d’une déviation à Preuilly sur Claise changerait la donne.
Le maire confirme avoir demandé, il y a un an, que ce projet de déviation soit inscrit au Scot.
Pour Gérald Housseaux, le projet est plus un constat des érosions que des propositions concrètes pour relancer l’emploi.
Mathieu Barthélemy fait remarquer le manque d’information des élus, certaines réunions étant réservées aux maires et adjoints. Il s’étonne qu’un emploi pour le tourisme à la Maison de pays de Preuilly sur Claise soit maintenant supprimé. Il signale d’autre part que des atouts de Preuilly sur Claise, Maison de pays, monuments, chemins de randonnée, ne sont pas mentionnés sur la carte de la voie verte.
Gérald Housseaux, Yolande Deberne et Jean-Paul Charrier défendent le développement du tourisme très local. Ils estiment que les animations touristiques estivales sur Preuilly sur Claise et les communes alentour peuvent justifier quelques jours de vacances dans le secteur.
Gilles Bertucelli, l’ancien maire, présent dans le public, a pris la parole pour rappeler qu’il avait déjà fait des démarches, il y a quelques années, pour le label Petite ville de demain. Il confirme l’importance en population du bassin de Preuilly sur Claise avec les communes qui le composent.
Benjamin Jalon affirme qu’il est difficile de faire évoluer l’attractivité pour attirer de nouvelles entreprises dans le secteur. Il aimerait plus de moyens en ce sens.
Yolande Deberne défend le projet de maison d’assistantes maternelles (Mam) qui apporterait un nouvel atout pour faire venir des jeunes foyers.
Un autre sujet de débat a porté sur les travaux de la piscine pour lesquels Mathieu Barthélemy aurait souhaité la mise en concurrence de plusieurs devis.
Après vote à main levée pour l’adhésion au Scot : un avis défavorable est émis
Douze voix contre, une voix pour, le maire.

en savoir plus sur la position du maire

Le maire, Jean-Paul Charrier, a été interrogé sur la raison de son vote. « J’ai voté favorablement à ce projet de Scot lors de la réunion du conseil communautaire et je ne voulais pas avoir un vote contraire en conseil municipal. Il ne s’agit de toute façon que d’un avis. Je suis d’accord avec la plupart des remarques émises par les conseillers municipaux, mais je ne voulais pas entrer dans les querelles de clocher ni encourager une rivalité entre Preuilly sur Claise et Yzeures. Il est évident qu’il y a des incohérences dans le projet du Scot, mais beaucoup de chiffres datent de 2017, époque où il a commencé d’être rédigé. Ce document nous est d’ailleurs imposé par l’État. » Le maire a demandé à chaque conseiller d’envoyer par mail, à la mairie, toutes leurs remarques et suggestions afin de contribuer à la rédaction du compte rendu de la réunion. Pour le tourisme, il a confirmé préférer « l’ultra local » sans attendre l’aide de la communauté de communes.

Avis de la rédaction :

On ne peut qu’apprécier que certains élus de la majorité se réveillent.

Reprenant des critiques émises par l’opposition, faute d’être une force de proposition. Encore une fois le maire se réfugie dans une attitude incompréhensible pour un maire il dit « mais je ne voulais pas entrer dans les querelles de clocher ni encourager une rivalité entre Preuilly et Yzeures ». En clair comme je l’affirmais dans un article il n’est pas fait pour être maire. Il n’a aucune volonté de défendre sa commune. Être maire c’est se battre pour la défendre au risque de se mettre en porte à faux avec la communauté de communes et avec une commune voisine. Cela il en est incapable il manque du minimum de courage

pourtant quelques maires se sont opposés à ce Scot

pour son manque d’ambition et a focalisation sur Loches et les communes environnantes. Ce n’est pas nouveau. Le maire d’Yzeures vice-président semble aussi impuissant, Le Sud Touraine est abandonné par ses élus communautaires qui briguent uniquement le pouvoir personnel et les rémunérations qui y sont attachées. Gérard Hénault a beau s’en prendre au maire de Sepmes. C’est elle qui a raison déjà elle était à nos côtés pour s’opposer au mode opératoire du transfert de l’eau et de l’assainissement qu’aujourd’hui certains élus de Preuilly sur Claise considère comme une bénédiction, ignorants les conditions du transfert, son contexte et ses conséquences pour notre commune.

Ce qui est inquiétant chez le maire,

c’est qu’il n’est au courant de rien. Pourtant élu durant 12 ans.
Il tente de justifier son avis favorable au Scot lors du vote à la communauté de communes. Il approuve toutes les critiques faites par ses conseillers,  semble comprendre leur vote, mais reste le seul à voter pour ?
Pour aggraver son cas, si c’était encore possible. Toujours égal à lui-même il affirme avec une innocence déconcertante « mais beaucoup de chiffres datent de 2017, époque où il a commencé d’être rédigé. » Moyen habituel qu’il a de faire oublier son manque de connaissance des dossiers en rejetant la faute sur le mandat précédent. Auquel il a participé … passivement il est vrai.

Le texte suivant lui donne encore tort

puisque le texte montre que le Scot prend une nouvelle forme en 2021. Tant qu’à dire que beaucoup de chiffres datent de 2017, le président Hénault appréciera. Je ne crois pas que celui-ci fasse voter un texte identique à l’ancien Scot. D’autant plus que notre maire affirmait qu’il avait introduit la notion une de déviation pour Preuilly alors que celle-ci était déjà présente en 2017, supprimée en raison de l’échec de notre initiative en raison du refus de Bossay sur Claise. 

 Extrait du site du ministère de la transition écologique

 https://www.ecologie.gouv.fr/scot-projet-strategique-partage-lamenagement-dun-territoire#scroll-nav__1

« Le Code de l’urbanisme fixe le régime des SCOT aux articles L.141-1 et suivants

Vers un nouveau Scot à partir de 2021

Suite à l’habilitation législative introduite par la loi Elan, l’ordonnance du 17 juin 2020 relative à la modernisation des Scot a été publiée au JO du 18 juin 2020. Elle adapte l’objet, le périmètre et le contenu du Scot afin de tirer les conséquences de la création du schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET), et du transfert de la compétence en matière de PLU aux EPCI à fiscalité propre.

Elle entrera en vigueur au 1er avril 2021, mais des dispositions transitoires permettent aux Scot en cours, qui n’ont pas encore arrêté leur projet, d’appliquer les nouvelles dispositions par anticipation (uniquement dans la mesure où l’entrée en vigueur du Scot est postérieure au 1er avril 2021.

Les principales nouveautés portent sur :

– l’incitation à un périmètre proche du bassin d’emploi ou de mobilité
– La possibilité pour l’établissement porteur de Scot d’associer d’autres organismes à l’élaboration du Scot

    Le recentrage du SCOT sur le projet politique stratégique : le Plan d’aménagement et de développement durable (PADD) est remplacé par le PAS : projet d’aménagement stratégique, qui co-existe avec le document d’orientation et d’objectifs (DOO), les éléments constituant le rapport de présentation étant placés, quant à eux, en annexe

    Le regroupement des champs thématiques du DOO du SCOT autour de 3 grands thèmes : développement économique, agricole et commerce / logement, mobilités, équipements et services / transitions écologique et énergétique, préservation des ressources naturelles. »

    La possibilité pour le SCOT de valoir plan climat-air-énergie territorial (PCAET)

    la possibilité de contenir un programme d’actions pour préparer la mise en œuvre du schéma