Le budget communal vu par un novice

11 août 2022 0 Par Le Preuilloux

Parlons budget

La nouvelle équipe présente naïvement, le budget avec une vision critique et ambitieuse, sans maîtriser les donnants et les aboutissants d’un budget communal… La chute sera d’autant plus dure pour la commune. La modestie dans ce domaine est préférable.

Cela commence bien avec des généralités. Puis les sous-entendus « vachards » commencent : « …de la vétusté d’un équipement jusqu’alors modérément entretenu». Présage de ce qui va suivre. Des dépenses de réparations et d’achats de matériels budgétairement non financés depuis leur prise de fonction juin 2020.

Suivi d’un constat réel « la commune dégage donc un faible excédent pour financer ses investissements. » Ce qui prépare le terrain pour laisser penser qu’ils pensent faire mieux au vu de leur ignorance du milieu, de l’environnement économique et des finances d’une commune.

Suite au transfert à la Communauté de communes, « la marge de manœuvre liée à l’eau et l’assainissement a désormais disparu. » On est heureux qu’ils le reconnaissent enfin. Les têtes pensantes du conseil soutenaient le contraire imputant ce manque de marge au budget du lotissement. Un certain délégué aux finances m’a même assuré que ce transfert à la communauté de communes était une chance !

Le bouc émissaire : le lotissement

Ils s’accordent pour dire que l’endettement est modéré, mais reviennent à plusieurs reprises sur le lotissement « La Saulaie » qui grève l’endettement et qui génère des déficits lors de chaque vente. Comme beaucoup de choses dans la gestion communale, ils découvrent les réalités de la gestion d’un lotissement qui à l’évidence est un pari sur l’avenir qui leur appartient de réussir. Un lotissement représente toujours pour une commune un effort financier important, en vendant les parcelles en dessous du prix de revient. Celui-ci étant toujours supérieur au prix de vente aligné sur le prix du marché.

Pourtant le maire entre autres, avait voté et favorisé sa mise en place…

un commune dévastée par sonn maire
un champ de blé dévasté par l’orage

Le plus beau reste à venir

On retrouve l’agressivité et la suffisance de celui qui a agressé voire insulté ses contradicteurs sur Facebook et au Conseil municipal.

« La majorité élue a préféré repousser les investissements non-indispensables inscrits au budget tout en multipliant les actions de reprise en main du cadre de vie, entretien des rues et routes, des éclairages, des équipements sportifs et espaces verts notamment. L’exercice 2020 a ainsi permis de dégager une plus grande marge de manœuvre financière pour 2021. »

Application du budget 2020 partagé à 50 % avec l’ancien maire

Notons que ce budget 2020 a été voté et mis en place par l’ancien conseil. En raison des complications générées par la crise du Covid le nouveau conseil n’a été mis en place qu’en juin 2020. Leur influence a donc été négligeable en quelques mois, de mandat.

Ils n’ont réalisé que 26 % du programme d’investissements. Par contre, ils ont pu constater que la faiblesse de l’excédent du fonctionnement était une réalité qui allait s’imposer à eux. Un résultat de fonctionnement de 130 196 € pour 2020 (contre 178 000 € de prévu) 26 000 € de dépassement du prévisionnel a été utilisé pour du petit matériel et des travaux dans des bâtiments communaux et pour le reste une augmentation des charges du personnel titulaire.
Tout cela pour assurer la « reprise en main du cadre de vie entretien des rues et routes, des éclairages, des équipements sportifs et espaces verts notamment » dans l’ignorance du respect d’un budget et pour des résultats décevants, car les rues et les espaces verts n’ont jamais été aussi mal entretenus sauf le terrain de foot. Promesse de campagne tenue.

Des subventions difficiles à trouver

« Le Conseil municipal a adopté à l’unanimité un budget 2021 qui maintient les grands équilibres et utilise la marge de manœuvre de 2020 pour mener un certain nombre de projets de maintenance et d’investissement. »

Une herbe folle


Au niveau des nouveaux investissements, notre maire semble ne pas savoir comment obtenir des subventions. Notamment pour les travaux urgentissimes de la piscine. L’exemple du changement de filtre à la piscine en est un triste exemple. 55 000 € sans subventions.
Le prévisionnel, fourni par la commune, permettait après ajustements de faire ressortir un besoin de financement de plus de 60 000 € sans que le maire et son conseiller nous expliquent comment ils comptaient le financer.

Pour finir un bon gros mensonge….

La marge de manœuvre de 2020 n’est que de 130 196 € comme on l’a vu. Elle a été jugée suffisante par le maire et son conseiller délégué pour financer les investissements 2021, même s’il manquait 60 000 €.

Notre conseiller délégué au budget, considéra comme insuffisant un montant similaire de 129 951 € en 2021, pour décider enfin avec le maire d’emprunter faute de supprimer ou reporter des investissements. Emprunter pour financer les 2 budgets 2021 et 2022.

Une autre piste pourrait être envisagée par le maire : rechercher plus efficacement des subventions comme l’on fait ses deux prédécesseurs.

Mais quand le conseiller délégué affirme « utiliser la marge de manœuvre de 2020 pour mener un certain nombre de projets » il omet de dire que l’ancienne équipe avait laissé 212 451,19 € en caisse fin 2019.
Ce qui représente la vraie marge de manœuvre, qui, on peut le craindre, ne fera pas long feu !