Le film de la campagne municipale

19 novembre 2022 0 Par Le Preuilloux

La rencontre de deux hommes

Le film sur Preuilly sur Claise lors de la campagne municipale 2019 fait le buzz. Personnellement, je reconnais n’avoir pas adhéré à ce projet qui me semblait inapproprié lors d’une campagne municipale. Je craignais que l’accent soit mis sur la guerre des clans.

Mais le personnage de Mathieu atypique dans une commune rurale associée à un personnage haut en couleur comme Guy Buret a la réputation sulfureuse ne pouvait que séduire un metteur en scène. D’ailleurs comme pour son second film fait à Preuilly il avait trouvé ses personnages. Le scénario était déjà écrit. Sylvain Desclous aime Preuilly sur Claise et a déjà réalisé deux films tournés en partie sur notre commune. Pour le premier, l’équipe avait son quartier général chez Mathieu. On peut penser qu’un lien d’amitié s’est instauré entre les deux hommes. Ce que l’on peut comprendre quand on connaît les qualités de Mathieu. Peut-être notre futur maire…

Une équipe porteuse d’espoirs… qui a déçu

Au cours de la campagne, on a pu se rendre compte que par évitement, seules deux listes avaient leur entrée au scénario. Une liste qui partait avec l’apport de cinq anciens élus dont seuls 2 seulement avaient eu des responsabilités et qui assez rapidement se sont vus écartés. Liste constituée majoritairement de nouveaux venus, peu avares de leurs titres ronflants et évolutifs, de leur expérience supposée acquise sous d’autres cieux.

Une promotion du film engagé

Le cinéaste en parcourant notre commune, a bien vu les manœuvres, les altercations dans la rue, les cabales au conseil. La tension qui existait durant cette campagne. Ce n’était pas son propos. C ‘est une bonne chose, car elle aurait montré la face noire des campagnes électorales. Néanmoins, au cours de la promotion du film affirmer que la 3e liste avait soi-disant raté sa réunion et relever que sa photo de groupe était en noir et blanc, contrairement aux autres, auraient mérité une explication pour éviter des interprétations. Dire que ce n’était pas le fait du hasard ni de l’impréparation, mais du à des manœuvres étrangères à la liste aurait été un minimum. A la volonté de nuire à une liste qui gênait. Résumer cette réunion aux seuls propos agressifs et répétitifs d’un personnage particulièrement énervé, c’est un peu court, semble-t-il. Alors que celui-ci s’est tu quand on lui a fait remarquer que, sollicité pour se présenter, il avait refusé de s’engager pour montrer ce qu’il était capable.  

La campagne municipale , un prétexte

Nous avons eu écho, du succès sans doute justifié de la réunion d’information de Mathieu, qui visiblement avait fait appel à un pro de la production cinématographique. On ne peut s’empêcher de penser, que la victoire d’un nouveau maire, d’une quarantaine d’années, au look romantique avait son côté balzacien qui ne pouvait que favoriser la promotion du film. Son projet de déviation était assez proche de celui de l’ancien maire, Gilles Bertucelli. Mathieu était probablement convaincu de sa faisabilité, projet porté par un professionnel. On ne saura peut être jamais, s’il avait raison et s’il aurait convaincu les décideurs du département , car le nouveau conseil a tenté de tout reprendre à zéro et semble être resté à ce niveau de réflexion. Le maire hésite toujours à prendre une décision qui pourrait lui nuire …

un impact positif pour notre commune

Pour revenir au film. On ne peut que se satisfaire de l’aura que celui-ci donne à notre commune. Hors de nos murs partisans, les spectateurs y voient un bon film avec des personnages et une histoire à laquelle ils adhèrent, ils se reconnaissent.  Les échos que j’ai eu, de nos nombreux amis tourangeaux, poitevins et berrichons sont positifs. La presse écrite et la télévision s’en sont fait l’écho. Le personnage de Mathieu a plu et puis je dois l’avouer que l’autre aussi … dans une moindre mesure. Néanmoins, pas naïfs, beaucoup ont compris que le film était un soutien à la jeunesse, un soutien à  Mathieu. Son semi-échec, c’est le seul raté du film.

De mauvais perdants …

Je comprends mieux dès lors le courroux de certains élus de la majorité actuelle qui voit Mathieu monté aux nues. S’en prendre violemment à Sylvain Desclous ainsi qu’à des membres de sa famille c’est indécent et improductif.  Ce n’est pas le film mais leur inaction qui a fait plonger leur cote de popularité.