Ajustements et approfondissement du budget 2021 pour mieux comprendre

4 octobre 2021 0 Par Le Preuilloux

Elements en notre possession

La présentation du budget 2021 en raison du Covid et du couvre-feu n’a pas pu se faire en présence du public. Celle-ci a été rapide et succincte pour ce qui nous a été rapporté.

Les éléments que nous avons en notre possession sont un pré-budget non équilibré fourni aux élus et le compte rendu du conseil qui apporte quelques compléments indispensables pour en faire sa reconstitution et mieux comprendre ce qu’est un budget. En l’occurence approfondir et comprendre le budget 2021.

Les commentaires du conseiller délégué au budget et de l’adjoint aux travaux se sont focalisés sur le budget du lotissement et sur l’endettement de la commune. Commentaires qui appellent quelques correctifs. De nombreuses  incompréhensions ayant été constatées.

Dans un premier temps, reprenons les chiffres du budget investissement 2021 revus et corrigés,

pour retomber sur les chiffres communiqués lors du vote du budget. Pour l’essentiel il s’agit du changement du filtre de la piscine, du paiement exigé par CCLST du matériel acquis par les budgets transférés et conservés par la commune. De l’installation problématique d’une terrasse au restaurant de l’Image. Du lancement des travaux rue de la Folie. Rien de nouveau puisque ces projets étaient dans les tuyaux avant les élections. On peut penser que pour 2022 on aura des projets plus novateurs avec les aides prévues par l’état dans le cadre « des petites villes de demains »

Après quelques efforts j’ai pu reconstituer ce qu’auraient dû être les prévisions 2021 fournies aux élus le jour du vote du budget.

En effet par rapport aux documents fournis aux élus, les subventions pour la Chapelle passent
de 159 977 € à 192 000 € soit un financement de plus de 100 %  puisqu’ une avance de 13 000 € avait déjà été faite. Espérons que cela ne soit pas une erreur, car cela aggraverait le besoin de financement de 27 000 €.

L’endettement de la commune est sain :

A été aussi rajoutée la charge de remboursement en capital de la dette pour 34 526 € qui avait été omise.  La nouvelle équipe se félicite que l’endettement s’est amélioré sans en être pour autant responsable.

En effet deux prêts s’achèvent en 2020 et 2021 avec une annuité globale de 7528,00 €.  En 2022 l’annuité ne sera plus que de 35 935 € et 58 870 € avec le prêt du lotissement qu’il ne s’agit pas d’oublier.  On a l’habitude de calculer le taux d’endettement d’une commune par rapport aux recettes de fonctionnement ou par rapport aux impôts perçus. Pour 2022 ces taux seront respectivement de 5.25 % alors que l’on donne comme taux butoir 20 % et 11.56 %. D’ailleurs la perception nous a souvent dit que notre situation était bonne.

 

2020 année charnière

Pour 2020 la crise sanitaire et l’inexpérience de la nouvelle équipe, a permis avec bien du mal de gérer le fonctionnement. Le résultat d’investissement 2020 en a pâti. Il est positif de 44 607 € ce qui est un signe de désinvestissement. Résultat : 170 031 € d’investissements ont été réalisés dont 37 285 € de remboursement obligatoire de prêt en capital. Comparé aux prévisions 2020 de 662 750 € soit une réalisation de 25 % ou 20 % de réalisation des prévisions selon que l’on tient compte du remboursement des prêts ou non.

Budget de fonctionnement et d’investissement 2021 non équilibrés !!!!

Les recettes d’investissements s’élèvent à 335 619 € contre les 242 158 € prévus dans les documents fournis. Cela s’explique par la différence constatée pour la Chapelle  de + 36 023 € comme nous l’avons déjà évoqué,  le FC TVA qui n’avait pas été prévu pour 22 000 €, les aides pour  les travaux piscine + écoles passeraient de 19 800 à 30 000 € et les 25 000 € évoqués par Henri pour la reprise de matériel, non prévue au budget que j’ai cru bon de rajouter.  Ce qui réduit le besoin de financement.

Sauf erreur de ma part, ce qui serait étonnant, nous aurions un besoin de financement de 231 198.46 €. Le prélèvement sur le fonctionnement de 170 940.46 €, obtenu par différence (car non communiqué) serait alors insuffisant.  Une rallonge de 60 258 € sera nécessaire par emprunt ou prélèvement sur les réserves. Sous réserve que les prévisions soient bonnes, car il subsiste certaines imprécisions et incertitudes.

Gestionnaires novices qui ne maitrisent pas leurs budgets … recherchent coupable

Ce qui m’amène à parler des remarques faites sur la trésorerie et le fonds de roulement. Bruno affirme que les recettes fiscales sont décalées en fin d’année et Henri que le manque de trésorerie est lié au lotissement. Affirmation reprise par Bruno.

Pour le décalage c’est nouveau, c’est un peu étonnant en raison des aides de l’état vers les collectivités. Par contre le manque de trésorerie n’a pas grand chose à voir avec le lotissement. Ce lotissement fort décrié par ceux mêmes qui ont voté favorablement à sa création présente l’avantage d’offrir des possibilités de développement d’une réserve foncière. Cela pour une éventuelle installation d’accueil pour personnes âgées que semble vouloir poursuivre le nouveau conseil, pour l’installation éventuelle d’une annexe de la maison de retraite ou pour des constructions de maisons d’habitation.

Le cahier des charges contraignant, hérité du cadre historique de notre commune n’étant prochainement plus applicable.

Le déficit d’investissement du budget du lotissement

Quant au déficit je n’ai jamais eu le soutien des élus déjà en place lors de l’ancien conseil quand il s’agissait d’effectuer des prélèvements sur le budget principal pour compenser le remboursment du prêt suporté par ce budget. Pire les 60 000 € prévus sur le budget 2020 pour abonder le budget lotissement n’ont pas été transférés par la nouvelle municipalité qui accuse mais n’agit pas. Pour le budget 2021, rien n’est prévu pour prendre en charge le remboursement du prêt ou pour assurer l’implantation de l’accueil des anciens. On peut s’en étonner au vu des critiques émises.

pour mieux comprendre le budget
La poterne

Transfert des budgets Eaux et Assainissement

Quand sur le compte rendu du conseil d’avril 2021 il est dit que « le cumul des excédents repris et conservé des deux budgets annexes (eau et assainissement) s’établit à 500.000 euros. »

C’est bien sûr une exagération sachant qu’en 2017 le cumul des résultats eau + assainissement était de 322 0000 € et que la reprise dans le budget principal suite au transfert a été de 147 000 € et non pas 100 000 € comme il est dit dans le même compte rendu.

Il faut savoir que lors du transfert des budgets eaux et assainissement, décidés par le gouvernement, il y avait une grande incertitude sur la possibilité pour les communes de conserver ces fonds. D’ailleurs, Preuilly sur Claise a été l’une des seules à le faire, grâce à Gilles Bertucelli, qui a eu le courage de le faire, soutenu par son conseil. Malgré la pression de la communauté de communes alors que c’était légal.  Quant aux transferts au profit du budget principal, supportant l’intégrité du coût du personnel, il était logique et légal de faire supporter à ces budgets la part des charges de personnel leur incombant. De même, il était logique de leur faire supporter l’acquisition de matériel. Les 5 élus de l’époque présents dans la nouvelle équipe, dont le maire actuel, ont voté favorablement cette décision et ces transferts.

Besoins de trésorerie depuis 2019

Quel que soit la destination des dépenses faites avant le transfert de ces budgets, celles-ci ont été justifiées et faites avec l’accord de la perception dans l’intérêt de tous. Au préalable, nous avions un fonds de roulement qui variait entre 200 000 et 320 000, selon les encaissements des facturations eaux et assainissement. Sommes qui nous servaient de fonds de roulement.  C’est donc pour cette raison, essentiellement que, depuis 2019 nous sommes obligés de faire appel à une ligne de trésorerie. Le lotissement n’a rien à y voir sauf si comme actuellement on laisse le déficit se creuser. Celui-ci coûte à la commune lors de vente de terrain, c’est le lot de toutes communes qui se lance dans la création d’un lotissement. En contrepartie, c’est le moyen de faire venir de nouvelles familles ou d’installer des bâtiments professionnels.